Top
Trek Lac Inle

C’est une des activités incontournable à faire lorsque vous venez visiter ce magnifique pays qu’est Myanmar (Birmanie), et pour cause… Nous avions déjà vécu des choses fantastiques dans ce pays, mais ce trek est simplement incroyable. Préparez-vous à faire un saut dans une dimension parallèle, à vivre des moments plus authentiques que jamais, à sauter de paysages en paysages, et à éveiller tous vos sens. Tout ça en 3 jours.

CHOISIR SON TREK JUSQU’AU LAC INLE

AVANT LE DÉPART

Le trek du lac Inle était une des activités que nous attendions le plus. On voulait donc le préparer au mieux et ainsi vivre l’expérience comme nous l’entendions : authentique, simple, sportive, avec de beaux paysages et de belles rencontres. Vous verrez que la plupart de nos envies ont été largement comblées…
Il existe des dizaines et des dizaines d’agences et d’agents indépendants à Kalaw (ville de départ pour le trek du lac Inle). Pour bien choisir, nous sommes arrivés la veille de la date de notre départ pour le trek dans un hôtel très central qu’on vous recommande d’ailleurs chaudement (Un des moins chers du coin et vraiment bien placé)

Façade de l'hotel Parami

Parami Motel

Superbe hôtel pas cher et central à Kalaw, avec une belle vue sur la pagode.

Nous avons donc pris le temps de comparer trois solutions différentes :

  • Une agence « Responsable » => Ko Kyaw.
    Ancien agent indépendant, Ko Kyaw a ouvert son agence depuis un an pour répondre à la forte demande. Il gère maintenant son équipe et crée une marque plus haut de gamme. Vous partirez donc avec un guide + un chef (pour la cuisine) à l’aventure à travers un parcours « personnalisé », dans des villages sélectionnés qu’il connait bien. Il s’est déplacé à notre hôtel pour tout nous expliquer et a été très pro. Son prix n’inclut pas le transport des bagages et le bateau sur le lac Inle comme la plupart de ses confrères. Cependant il justifie son prix par sa démarche de développement durable, le fait qu’il rémunère davantage les familles chez qui vous dormez, qu’il y’a un chef qui vous accompagne pour les repas, que le guide est un vrai pro etc… On l’a vraiment senti sincère et profondément attaché à son pays. Donc si vous avez les moyens et l’envie de voyager de façon responsable, on pense sincèrement que c’est une excellente solution.Prix : pour 3jours 2nuits => 30$/Jour/Personne soit pour un couple $180 (284 000 kyats)
    Rajouter à cela 18$/Personne pour le bateau (obligatoire pour rejoindre votre hôtel) soit $216 (340 000 kyats). Et 3$ pour le transport des bagages.Contact : kokyawkalaw@gmail.com
  • Un Guide indépendant => Bone Bone.
    Guide Indépendant, nous l’avions repéré via un blog de voyageurs pour qui l’expérience s’était vraiment bien passé. Nous n’avons malheureusement pas pu nous rencontrer par faute de temps, mais les quelques échanges par mail que nous avons pu avoir nous font dire qu’il est vraiment sérieux. De plus, quelques recherches sur internet permettent vite de valider cette hypothèse. Programme bien cadré, prix tout compris, guidé par Bone Bone himself, tout paraissait sérieux. Si nos disponibilités avaient collé, je pense que nous serions passée par lui.Prix : pour 3jours 2 nuits => $150 (220000 kyats) tout compris pour 2 personnes.Contact : bonebone24@gmail.com
  • Une agence connue et reconnue => Uncle Sam’s (Familly Sam’s)
    Leur réputation n’est plus à faire. Vous le verrez rapidement, mais si vous demandez à qui que ce soit une bonne agence pour le trek du lac Inle, le nom qui ressort à chaque fois est « Uncle Sam’s ». Même le guide du routard les recommande ! Leur renommée nous a, au début, fait franchement peur. Prix abordables, accueil chaleureux, programme alléchant… On a craqué, et nous sommes partis avec eux ! Et vous verrez que nous en sommes ravis ^^Prix : pour 3jours 2nuits => $90 (140 000 kyats) tout compris pour 2 personnes.Contact : samtrekking@gmail.com

Le trek du lac Inle

Day 1 : Départ de Kalaw

L'oncle Sam pour le trek du lac Inle

Avant le départ, avec Uncle Sam Himself ????

8h.

Rendez-vous à l’agence Uncle Sam’s, au pied de l’hôtel. Première frayeur, une vingtaine de personnes attendent devant ou dedans comme nous leur guide avant de partir. On relativise, et on rentre dans l’agence avec le sourire 🙂 . Organisation bien rodée, on nous prend le bagage qu’on avait préparé direction notre hôtel du lac Inle et on garde nos deux petits bagages avec nous. On nous récapitule notre résa, on nous valide que nous ne serons bien que deux (vous pouvez faire partie d’un groupe et payer moins cher) et on nous demande d’attendre sur le coté qu’on nous appelle avec notre guide. A ce moment là j’avoue avoir un peu peur d’être tomber dans les rouages d’une usine à touriste bien ficelée, que je déteste par dessus tout. Mais tant pis, on y est, et en plus on est content.

8h15.

On nous appelle. Nous sommes le « groupe » 7. Et notre guide sera…. MinMin (Dites Mi Mi). Et là, un petit sourire se décroche de mon visage. Première bonne nouvelle de la journée, c’est le guide que j’avais demandé la veille. Me demandez pas pourquoi, j’avais simplement lu un bon commentaire d’un groupe ayant fait le voyage avec une certaine Mimi. Ravis, nous sortons rejoindre notre guide qui nous attend à l’extérieur.

Surprise, ce n’est pas une femme comme on s’y attendait, mais un jeune homme tout petit, et, sans faire de mauvais jeu de mots, tout mignon. A côté de lui, un vieil homme se tient fièrement debout : c’est le fameux Oncle Sam. Après nous avoir fait un joli discours, où il explique qu’il est fier de présenter son pays aux étrangers depuis plusieurs années et qu’il aimerait sincèrement lire par mail notre retour d’expérience, il laisse la parole à Mimi. 22 ans, guide depuis un an, il nous accompagnera pendant ces 3 jours de trek entre Kalaw et le lac Inle. Trop cool !! Nous voilà partis à pied avec nos sacs direction la montagne.

Les groupes partent en décalé, et tout le monde fait le maximum pour pas que les touristes se croisent durant leur périple. Malgré quelques rencontres au début avec 2 groupes, ils ont réussi à nous maintenir à l’écart presque tout le long du chemin.

10h00.

On sort très rapidement de la ville pour se retrouver au milieu des rizières, dans les premières montagnes. Paysages magnifiques, premières sueurs, Mimi nous propose gentiment de faire une pause au bord d’un petit lac. Une étendue artificielle, créée par les britanniques et servant de réservoir pour la ville et les villages alentours. Impossible de s’y baigner, mais parfait pour tremper les pieds qui commencent gentiment à chauffer. Tout le long du périple (durant les 3 jours), nous avons asséné Mimi de questions, et les pauses permettaient un rapprochement encore plus sympa, du fait de la proximité et d’être uniquement que tous les trois. Son anglais n’est pas parfait, mais suffit largement pour répondre à toutes nos questions. 10-15min plus tard, nous voilà repartis à l’assaut des montagnes Myanmaraises.

11h00.

Pause déjeuner. Après 1 heure de marche dans la jungle birmane nous voilà arrivés à View Point. Un magnifique point de vue permettant d’apercevoir un horizon orné de montagne, parsemé de champs d’orangers, de rizières et à nos pieds, des plantations de thé.

Posés dans une petite cahute donnant une vue panoramique sur les montagnes, nous voila fin prêts à déguster un très bon repas népalais cuisiné par le seul restaurant du coin. Tout simplement excellent ! C’est un endroit où tous les groupes se rejoignent, donc ne vous attendez pas à être seul (c’est pour ainsi dire le seul endroit du trek entre Kalaw et le lac Inle), mais ça ne gâche en rien le spectacle. Nous n’avons pas résisté à une petite sieste de 20 min sur le bord de la colline, avec une légère brise en guise de berceuse…Mimi, avec toute la délicatesse qui le caractérise, vient nous annoncer le départ dans 15 minutes soit 12h30.

15h00.

Pause bien méritée. 2h30 de marche avec encore des paysages complètement différents. Après avoir passé 2 petits villages plein de charme, des écoles primaires et secondaires quelque peu bruyantes mais vraiment jolies, foulé les rails du train à la Walking Dead pendant 45 minutes, nous voilà installés à la gare de Kan Ba Ni.

Une jolie gare typique où vous pourrez, si vous avez la même chance que nous, assister au spectacle de l’arrivée d’un train (2 à 3 fois par jour). Vous passez d’une gare ne vivant qu’avec ses petites échoppes à un branle-bas de combat de vendeurs sur le quai échangeant leur bien contre quelques kyats à des voyageurs (pour la plupart des locaux) par la « fenêtre » du train. Deux minutes après le départ du train, la gare redevient calme et paisible. Un spectacle à voir si vous le pouvez. Après avoir déguster un bon thé et des petits gâteaux (on recommande les beignets sucrés) offerts par Mimi, nous voila repartis vers notre dernière destination de la journée.

16h40.

25 kms. Nous voilà arrivés à bon port. Les jambes commencent à tirer un peu, mais le bonheur de voir notre maison d’un soir nous le fait vite oublier. Nous posons nos bagages dans une maison en dur, béton au rez-de-chaussée et bois au premier. Deux petits lits à même le sol nous attendent dans le salon familial, au confort rudimentaire certes, mais similaire aux lits dont la famille dispose. Nous avons des couvertures en guise de matelas, et trois autres pour se couvrir la nuit.

Nous découvrons aussi avec amusement, le toilette au fond du jardin dans une mini cahute. Il y’a le strict minimum, c’est à dire un trou et un seau d’eau pour nettoyer et faire passer… Le summum étant la douche ! 3 bouts de bois, 4 plantes hautes par ici et par là, un sceau d’eau, et hop voici notre douche ???? Cependant, pour les filles (Morgane vous le dira), prévoyez de prendre votre douche avec un drap ou quelque chose pour vous couvrir, même dans la douche. Les yeux baladeurs sont partout et comme on voit tout, il y en a qui ne se gêne pas trop ????

Finalement, tout est parfait ou presque. Notre seul regret est de n’avoir pas eu l’occasion de partager un moment avec la famille (qui ne parle pas un mot d’anglais évidemment). Ils mangent dans la cuisine (vous dans le salon), dorment dans une autre chambre, et n’essaient pas de venir vous voir pour échanger ne serait ce que 3-4 mots. Mais cela ne nous a pas empêché d’aller au contact des enfants et les aider à éplucher des milliers de gousses d’ail, fruit de la cueillette du jour. Echanges de quelques mots en anglais, tentatives de répétition des prénoms (moment très drôle) et quelques regards ont largement suffit à faire notre bonheur à tous.

Comme la famille est totalement indifférente (c’est comme ça dans toutes les maisons), c’est Mimi qui s’occupe de tout ! Voilà maintenant 1h qu’il s’affaire dans la cuisine de la maison avec les ustensiles disponibles.

18h00.

le festin commence et la nuit tombe

19h00.

KO technique, Morphée aura eu raison de nous. La nuit est très fraiche et l’isolation quasi inexistante, donc si vous avez, n’hésitez pas à prendre un sac à viande en plus.

Day 2 : Peuple PAO

7h30 un magnifique paysage avec un ciel couvert qui rehausse encore plus les couleurs

5h50.

Nous n’avions pas dormi plus de 10h depuis bien longtemps ! Notre guide préféré vient nous réveiller. Ça fait 1h qu’il nous prépare le petit déjeuner et 10min après, tout était prêt sur la table. Au menu : toast banane, riz aromatisé au curcuma, salade d’avocat, fruits et gâteaux à la canne à sucre. Simplement le meilleur breakfast que nous aillons mangé à Myanmar. Une petite douche glacée (aisselles et parties intimes), brossage de dents, et nous voilà repartis pour de nouvelles aventures. Il s’arrangeait toujours pour que nous soyons le premier groupe à partir afin de ne croiser personne sur notre route.

Telle des guerriers, nous mettons, comme la plupart des locaux à Myanmar, du Tanaka. C’est une technique ancestrale pour se protéger du soleil (et qui tient le rôle de « maquillage » pour les femmes). Il suffit de frotter de l’écorce d’arbre sur une pierre lisse et humide. Le jus est alors déposé délicatement sur la peau. On vous conseille d’essayer. Effet garanti. C’est une fierté pour eux de vous voir porter cela ☺️

8h00.

Changement de décor. Nous voila donc encerclés de champs de piment, dit chili. Étant complètement fan du piment, me voila alors au paradis, comme ensorcelé de cet or rouge. Info impressionnante : pendant la saison d’été, ils cueillent le piment toutes les semaines et à la main s’il vous plaît. Nous croisons régulièrement des locaux en claquette avec des énormes sacs remplis de piment sur le dos. Malgré cela, ils vont trois fois plus vite que nous et ont un sourire jusqu’aux oreilles en nous voyant (Effet Tanaka + étranger surement).

10h00.

Tout de noir vêtue, nous croisons une femme, manifestement du coin avec un jolie turban plein de couleurs sur la tête. Nous découvrons alors les PAO : une des 7 ethnies de Myanmar. Par chance elle nous indique (dans sa langue) qu’elle se dirige vers une cérémonie de mariage. Bien entendu, nous demandons à Mimi s’il est possible de faire un détour pour pouvoir y assister, même de loin, ce qu’il accepte immédiatement.

Arrivés sur place, la magie et l’hospitalité des habitants nous explosent en pleine figure. A peine le temps de passer pour jeter un oeil discret à la fête, qu’un des invités nous attrape et nous invite à rentrer. Nous voila au coeur d’une cérémonie de mariage. Notre guide, manifestement un peu gêné car pas habillé pour ce genre d’événement s’exécute aussi, et nous montons dans une petite pièce où sont assis mariés et témoins. La coutume veut que chaque invité, s’il le souhaite, dépose un bout de ficelle autour des poignets du couple, en souhaitant intérieurement quelque chose de positif comme de la fertilité, de l’argent, du bonheur dans leur vie etc…

Nous avons été une fois de plus impressionnés par l’ouverture de leur religion et de leur pratique. Pas bouddhiste pour un sous, ni même croyant pour ma part, le partage de leurs us et coutumes fut un vrai bonheur partagé. Après de longs sourires échangés, 1000 invitations à venir boire et manger avec la centaine d’invités présents, nous repartons sur notre route.

12h30.

Arrivée au point de chute, destination => LE lunch. Premières ampoules et premières gouttes de pluies. La douleur commence à se faire sentir au niveau des jambes et une tendinite commence à ressurgir. Finalement, je dois l’avouer, Morgane est bien plus en forme que moi ^^.

Après quelques pansements et un excellent repas, une petite sieste nous emporte tous les deux (oui oui, même avec une nuit de 10 heures, on peut encore faire une sieste ????).

16h10.

Deuxième et dernier village d’accueil de notre trek du lac Inle. Magnifique village, avec de belles maisons en dur, et des maisons toutes aussi jolies en bambou tressé. C’est finalement dans cette dernière que nous aurons la chance de dormir ????. Maisons des moins fortunées, ils les construisent eux-mêmes avec leur famille et y vivent généralement tous ensemble.

Famille beaucoup plus accueillante que la première, nous échangeons quelques regards, sourires, et balbutiements qui nous font tous bien rire. De même, le propriétaire nous fait une danse à la Griezman : improbable ^^. Mimi fidèle au poste, nous prépare le repas pendant que nous dégustons la délicieuse Mandalay bière tout en jouant avec les enfants à faire des bruits d’animaux avec nos mains. Des moments simples, mais terriblement sincères et ressourçants.

La suite, est un (de nouveau) excellent repas éclairé à la bougie, suivi d’un gros dodo au son du bambou qui craque sous la couverture.

19h00.

Sous nos 3 couvertures, nos yeux se ferment tout en ressassant la chance que nous avons de vivre tout ça.

Day 3 : Direction le Lac Inle

5h30.

Malgré la fraicheur matinale, on entend déjà le village se réveiller vers 5h30. Les enfants commencent à jouer dehors avant de partir à l’école. Les parents préparent le repas, les vaches, buffles et autres moyens de locomotion. Les feux commencent à réchauffer le thé, et les coqs à chanter. Il faut le vivre pour sentir cette vie d’un autre temps qui démarre en douceur.

On se réveille donc avec un gigantesque sourire mais aussi, avec la goutte au nez. La douche et les toilettes sont du même confort que la précédente et l’eau de la réserve toujours aussi glacée. Mais on s’en fout, c’est quand même trop génial.

7h25.

Panse remplie et sacs à dos chargés, on admire sans pouvoir dire un mot tant la beauté du spectacle est stupéfiante. La montagne recouverte de la brume matinale avec le soleil fraichement levé vient caresser les champs de blé. Malgré une douleur aux chevilles qui devient quasi insupportable pour moi, nous voila repartis pour 5 heures de marche. Visite d’une école typique et atypique et échanges avec les locaux. Nous avons aussi pu admirer le travail harassant des femmes et des hommes dans les champs. Rarement motorisés, les buffles sont mis à l’épreuve pour labourer les champs. Un peu comme on nous l’expliquait dans nos livres d’histoire à l’école primaire. Retour dans le temps pourtant bien réel et toujours d’actualité ici.

12h29.

Dernière étape après avoir passé une impressionnante forêt de bambou. Je n’arrive quasiment plus à marcher, ma tendinite a définitivement refait surface (Morgane elle, se porte bien malgré quelques courbatures). On boit, on mange, et on se re-raconte encore et encore ce que nous venons de vivre. C’est fou la chance qu’on a, et nous commençons vraiment à tomber très amoureux de ce pays.

Ecole pendant le trek

13h45.

L’heure des aurevoirs a sonné avec Mimi. Cliché mais presque émouvant. Il a été au-dessus des étoiles durant tout le trek du lac Inle (Oui rien que cela^^). D’ailleurs on vous conseille vivement de demander sa présence si vous souhaiter faire ce trek avec Uncle Sam. Photo, rire, sourire, et encore sourire, on se sert la main (très pudique en Birmanie) et on lit dans nos yeux à tous : Merci. Pour fêter ça, on porte Mimi entre nous deux en le faisant sauter en l’air comme un héros. Il en est un !

Nous embarquons dans une longue barque très typique du coin pour un tour de bateau sur le Lake Inle qui marquera la fin de notre fabuleux trek.

14h50.

Fin de notre trek du lac Inle. La balade sur la lac est incroyable, presque irréelle. Difficile à décrire, c’est une succession de villages et maisons sur pilotis se mélangeant aux pagodes et aux écoles. On y voit la vie des habitants du lac mais aussi quelques bateaux touristiques comme le notre. La beauté du lieu est augmentée par ces imposantes montagnes qui bordent le lac grand de 120 km2. Au milieu on y aperçoit les pécheurs, avec leurs vieilles barques et cette façon si reconnaissable qu’ils ont de naviguer avec une pagaie coincée entre le pied, l’aine, et l’aisselle. Un spectacle à eux seuls….

1 heure plus tard, nous voici finalement arrivés à bon port. En conclusion : 3 jours de trek, 70 kms de marche, des milliers de sourires, de rencontres, de paysages plus époustouflants les uns que les autres, et un guide un or. Une expérience unique et mémorable qu’on vous conseille vivement de faire et de vivre à votre manière. La richesse du lieu, alimentée par la gentillesse des birmans encore pleinement authentique, rende cette expérience inoubliable, qui on l’espère, le restera encore longtemps…

Poster un commentaire