Lorsque nous avons décidé de partir à Bali, j’ai tout de suite pensé à la plongée. Novice et avec uniquement quelques baptêmes en poche, je n’ai pas hésité longtemps entre les plus belles eaux du monde et la piscine municipale d’Orléans pour passer mes certifications de plongée. ^

Nicolas était plus réservé au début mais vous allez vite découvrir lequel de nous deux est le plus mordu de plongée aujourd’hui 😉

Niveau 1 – Open Water à Lembongan : comment devenir un plongeur autonome ?

En croisant quelques instructeurs aguerris, tous nous disaient que nous avions eu la chance de démarrer la plongée semi-professionnelle dans l’un des plus beaux endroits au monde. En effet, à peine arrivés à Bali, nous avons pris le bateau de Sanur vers Lembongan, une petite île au Sud Est de Bali, toute proche de sa grande sœur, la sauvage Nusa Penida.

Le club French Kiss Diver nous avait été chaleureusement recommandé et nous avons été super bien accueillis. En plongée il existe deux affiliations majeures pour les clubs : SSI et PADI. L’avantage de SSI est que vous serez tout de suite autonome avec votre niveau 1 et qu’ils sont souvent moins chers. Les cours sont très bien fait avec des quizz. On les suit 100% online via l’application mobile, très pratique en voyage !

La plongée est une passion mais également une discipline technique à risque qui mérite d’être parfaitement encadrée. Lorsque vous apprenez des notions de physiques (y compris pour un simple baptême), il peut être plus confortable de le faire dans votre langue maternelle, en français.

Greg, notre instructeur, nous a fait le show pour la partie théorique, et s’est montré très rassurant et pédagogue pour les exercices en piscine. Après les 4 heures de cours en e-learning et toutes les formules en tête, nous étions pressés d’aller enfin dans l’océan à la rencontre des poissons.

plongee-bali
En route pour Nusa Penida, équipement montée par nos soins et Body Check OK !

Nous n’avons pas été déçus. Le premier jour au sud de Nusa penida, nous avons vu des raies manta géantes à leur station de nettoyage. Pas de mola mola pour nous (poisson de profondeur pouvant mesurer jusqu’à 12m) malheureusement pour nous, mais nous étions de plus en plus à l’aise et confiants sous l’eau.

Le lendemain, nous avons plongé au nord de l’île et là le spectacle était tout simplement éblouissant. Lors d’une plongée dérivante, nous nous sommes laissés portés au grès des courants et avons pu profiter de l’environnement multicolore. C’était une vraie jungle sous-marine avec ses arbres : les coraux mous, certains avec des fibres fluorescentes et d’autres durs.

Comptez 3 jours pour l’open water et environ 300€ à Bali

PRIX MOYEN OPEN WATER

Le niveau 1 vous permet de plonger en binôme à 18m de profondeur en étant accompagné d’un guide ou dive master uniquement

Fun dive à Pemuteran

A quelques heures de route (3h) de Canggu, tout au nord Ouest de Bali et presque collée à Java, se trouve une région mystérieuse et peuplée de légendes.

Cette zone aride et isolée renferme pourtant des espèces rares à la fois sur la terre et dans les fonds marins.

Tous les amoureux de nature et d’aventure vous le diront, le parc national de Menjangan island regorge d’une faune incroyable. Et le chemin pour s’y rendre est à couper le souffle. Vous contemplez les deux volcans de l’île de Java toute proche et embarquez à bord d’un bateau traditionnel en bois avant d’arriver sur une île aux eaux vert émeraude.

Le parc national de Pemuteran est une réserve protégée. Allez-y hors saison, vous serez très peu nombreux et parfois même le sujet d’attraction des touristes de Jakarta ^^.

Enfin sortis des exercices, nous avons pu profiter d’un magnifique tombant et de grottes sous-terraines. L’eau était cristalline et nous avons découvert des espaces les plus macro au plus grand spécimens comme un petit requin !

Le soir venu, nous avons fait notre première plongée de nuit qui restera un des souvenirs les plus inoubliables de notre voyage. Départ en palme depuis la plage au coucher du soleil….

Après le sentiment un peu d’enfermement qu’on peut ressentir, cette plongée permet de découvrir une à une des espèces qui sortent et vivent la nuit. Les poulpes, la seiche qui chasse, le crabe recouvert de sa méduse protectrice etc…

Niveau 2 – Advanced à Tulemben

Pour continuer nos certifications et ainsi pouvoir plonger dans toutes les situations, nous avons décidé de passer notre niveau 2 à Tulamben. Nous avons découvert le club le moins cher de la région (Dive concepts) mais avions aussi entendu plusieurs sons de cloche à son sujet. Notre expérience a été super. Beaucoup de simplicité et de professionnalisme de la part de Yohann et Maria notre instructrice Uruguayenne, ancienne prof de yoga et parfaitement bilingue.

Tous les guides que nous avons rencontrés ont mis l’accent sur la sécurité et chacun à su nous donner leurs tips et astuce de plongée. C’est une bonne chose de changer de club lorsqu’on se forme. Bien que le tronc commun soit assez similaire, il y a des expérience différentes et des bonnes pratiques à engranger de chacun.

Ce deuxième niveau nous a permis d’être maintenant parfaitement à l’aise, de mieux maîtriser notre consommation et notre flottabilité. On se rend davantage compte que le binôme est crucial en cas de problème d’air. Egalement pour être serein pendant sa plongée.

Nous avons pris des automatismes en plongeant ensemble et au début on se gênait beaucoup (en se cognant les bouteilles, se mettant des coup de pieds, se cherchant alors que l’autre était juste au dessus, n’arrivant pas à communiquer etc…). Maintenant c’est beaucoup plus fluide et le partage en couple grâce aux gestes et à l’expression des yeux est assez magique.

Au fil des plongées, nous nous sommes rendus compte de la fragilité de cet ecosystème sous-marin et de la nécessité de le préserver. Combien de plastique, pailles, pneus nous avons retrouvés un peu partout. Il n’y pas de coupable mais c’est en étant sensibilisés comme nous l’avons été que les choses s’amélioreront. Y compris sur la préservation des coraux. Il arrive de déraper et d’en toucher un peu, mais voir des plongeurs écraser, déplacer, casser les fonds-marins impunément nous a parfois crevé le cœur.

Comptez 2 jours pour l’advanced et environ 200€ à Bali

PRIX MOYEN ADVANCED

Pour comparer avec les prix d’autres activités, rendez-vous sur notre article sur le coût de la vie à Bali.

Nous en avons profité pour passer la certification NITROX. C’était l’occasion et Maria nous a tout de suite conseillé de le faire pour sécuriser nos plongées futures et être moins fatigués.

Fun dive a Amed

Difficile de décrire le sentiment que procure la plongée. C’est une sérénité totale :

  • On ne sent plus son corps qui flotte en apesanteur à la manière d’un astronaute dans l’air
  • Plus aucun bruit autour de nous, si ce n’est le craquement des rochers et le chant des bulles
  • Nos gestes sont lents et calmes
  • Notre visibilité se porte vers des créatures microscopiques et en même temps lorsqu’on lève la tête, on est saisi par l’immensité de l’océan.
  • On se sent comme un invité étranger privilégié qui se balade et profite de la vie foisonnante qui l’entoure, sans la toucher, en la contemplant tout simplement.

La plongée en bouteille est sans aucun doute le meilleur moyen de découvrir la vie sous marine en Indonésie. Ce n’est pas le seul. Nous nous sommes régalés lors d’un snorkelling à Amed et nous aimerions beaucoup faire des cours de free dive.

Il paraît qu’en quelques cours, tout le monde peut arriver à tenir 3 minutes en apnée sous l’eau !

Top 5 de nos espèces préférées

  • Le petit poulpe de nuit qui s’est caché sous son sachet plastique.
  • La tortue qui s’est mise à nager à côté de nous pour aller respirer à la surface
  • Les 15 gros poissons perroquets à bosse qui faisait du « caca » blanc (car ils mangent du corail à pleine dents)
  • La petite murène bleu à trait jaune
  • Les nudibranches, petites limaces très colorées et rigolotes
  • Némo qui joue dans son anémone

Top 5 de nos meilleurs souvenirs

  • Un snorkeling improvisé où nous avons vu des nouvelles espèces de corail.Nous avions vraiment un sentiment de liberté et aussi la trouille sans la combi ^^
  • Découvrir les récifs coralliens artificiels (structures en fer créées par l’homme et alimentés par du courant à basse tension pour stimuler la production de corail) pour repeupler les fonds marins. En savoir plus sur le projet BIO ROCKS
  • Les temples Boudhistes présents dans les fonds sous-marins. Quand une anémone sert de coiffe à une statue et que le corail vient colorer ces vestiges du passé.
  • Lors d’une plongée nocturne, bouger ses bras et voir s’illuminer partout autour de soi des milliers d’étoiles (Phytoplancton bioluminescent)
  • Entrer dans une grotte sous-marine et y découvrir un bébé requin, à la fois glaçant et magnifique

Top 5 de nos galères

  • Morgane qui s’assomme avec le bateau lors de notre première plongée « autonome » ! 😉
  • Nico qui part plonger avec son iPhone dans la combi. Merci la notification « Le Monde » ^^ à deux mètres d’entrer dans l’eau.
  • L’armée d’asiatiques avec leurs lampes éblouissantes qui ont caché tout le plancton lumineux.
  • Une ceinture de plomb oubliée. Nico avait des sueurs froides à l’idée de devoir plonger avec 2 kilos (ce qui impliquait de vider ses poumons à plein régime pour arriver à descendre !!!)
  • La petite narcose de Morgane à 30m. Nous ne saurons jamais si je suis nulle en math ou si c’était l’effet de la profondeur. J’avoue avoir quand même une idée ^^

Bienvenue dans la palanquée !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *