Top

c’est en me rendant compte que mes journees commencaient quand mon travail finissait que j’ai decide de changer de vie.

Voici pourquoi :

QUAND ON EST PAS FAIT POUR L’ÉCOLE

Pour vous situer un peu, mais sans trop m’étaler sur ma vie, à 12 ans j’étais un jeune plein d’énergie qui avait déjà du mal avec les institutions dites « standards ». Mes parents m’avaient offert (en voulant bien faire) un collège catho. À 15 ans et malgré des résultats assez satisfaisants, on décide avec le corps professoral, mes parents et moi de me passer en 3 ème techno. J’ai ensuite fait un BEP électronique, un Bac Pro audiovisuel où je suis devenu intermittent du spectacle et monté une boîte d’événementielle avec un ami. J’ai ensuite fait un BTS technico-commercial, et enfin une Licence de Management spécialisé dans la grande distribution.

LA GRANDE DISTRIBUTION, OU L’ÉCOLE DE LA VIE

Embauché par Castorama en tant que Manager, j’y ai fait mes armes pendant deux ans et demi. Deux ans et demi à gérer des équipes, à être challengé par les chiffres, motivé par le gain, et déterminé par les perspectives d’évolution.

La grande distribution a été une période très importante de ma vie. J’ai pu faire un état des lieux objectif et réaliste des valeurs et des conditions de travail dans ce type de société. Je ne dénigre absolument pas la grande distribution ni la déconseille. Aussi, notez bien que le fonctionnement n’est pas partout pareil. J’y ai appris énormément de choses en peu de temps. De plus, c’est un secteur qui offre, à qui le veut, des perspectives d’évolution hiérarchique intéressantes et rapides ! Encore faut-il le vouloir…

Jeune et encore dans le schéma classique d’une vie bien rangée ma vision était bien établie. Je voyais dans la grande distribution, la possibilité de prendre rapidement des responsabilités. Mais aussi de gagner convenablement ma vie, et d’assurer mon avenir qui semblait tout tracé. Il n’en était rien !

CHANGER DE VIE, C’EST MAINTENANT

Deux ans et demi après, j’ai décidé de quitter Castorama pour monter ma propre start-up. La fin du début et le début du changement.

Un peu plus de 2 ans, à travailler main dans la main avec un associé et une salariée pour monter et faire tourner le concept. Un site internet de vente de vêtements d’occasions de marque. Deux ans à travailler avec nos valeurs, nos méthodes, nos réussites et nos échecs. Nous travaillions tous en moyenne entre 10 et 15 heures par jour. Parfois le week-end, souvent tard le soir, et pour gagner, en tout sur les deux ans, moins de 5000€ à nous deux (avec mon associé).

Dur constat me dirait vous… Et bien pas du tout ! Je n’ai jamais pris autant de plaisir à aller travailler. J’ai appris des milliers de choses, rencontrer des centaines de personnes et fait des dizaines d’erreurs. Erreurs desquelles j’ai beaucoup appris. J’ai ri, pleuré, bu, chanté bref, pour la première fois, ma vie commençait en me levant le matin et finissait le soir en me couchant.

ON DIT TOUJOURS QUE LA TROISIÈME MAISONS QU’ON ACHÈTE EST LA BONNE

Est-ce pareil pour les entreprises ?
J’ai rencontré la dure réalité du marché. Un usage pourtant frémissant mais un marché peu mature. Un business modèle à repenser et le fameux « pivot » qu’une start’up doit rapidement prendre parfois pour prospérer.

Après la liquidation et un rapide passage chez Kiabi comme manager j’ai décider de changer. Il n’était plus concevable de reprendre une vie ou la vie personnelle et la vie professionnelle était bien distinctes et ne pouvait cohabiter.

J’ai alors décidé de changer de vie et de me reconvertir afin de devenir developpeur web.
Objectif atteint, je suis aujourd’hui développeur et devenu digital nomade autour du monde. Je voyage pour continuer d’apprendre et de découvrir de nouvelles personnes. Pour trouver de nouvelles façons de travailler, pour découvrir le monde et pour réaliser mes objectifs.

Finalement, aujourd’hui je suis heureux et épanoui, optimiste et plein d’espoir, rêveur et amoureux, et croyez moi, je ferai tout pour le rester ????. Maintenant si toi aussi tu as envie de changer de vie, sache que ce n’est pas impossible. Le simple fait d’y croire, est déjà une grande avancée.

Good luck !

Poster un commentaire